Bienvenue sur le forum officiel du 3e Régiment de Dragons et de l'EED3

En vous inscrivant vous pourrez retrouver des camarades, visionner des photographies et plonger dans l’historique du régiment. Vous serez aussi informés de la vie de l’Amicale et ses actions. Rejoignez-nous : c’est gratuit !
Nous sommes le Dim 18 Nov 2018 06:14

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 21 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: "gouvernement" de Sigmaringen
MessagePosté: Dim 22 Nov 2009 22:59 
Hors ligne
Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel

Inscription: Ven 13 Nov 2009 16:46
Messages: 2039
Période de présence à STETTEN: ctg 95/10
Grade: 1ère classe
Affectation: Peloton des Services (EDI)
Voici une photo du chateau de Sigmaringen

Image

Il faut savoir que ce chateau fut "Territoire" français de septembre 1944 à avril 1945. Le gouvernement nazi lui avait octroyé l'extraterritorialité, car il hebergeait la "Commission gouvernentale française", qui fut l'ultime avatar du régime de Vichy.

Cette commission fut composée de 5 membres ultra-collaborationnistes : Deat, Darnan, Bridoux et Luchaire, de Brinon en étant le Président.

Elle ne fut reconnue que par l'Allemagne, l'Italie et le Japon. Son activité fut a peu prés nulle.....

Pétain et Laval étaient également dans ce chateau, mais il fut prouvé qu'ils s'abstenèrent de toutes activités politiques voire même publiques....


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: "gouvernement" de Sigmaringen
MessagePosté: Mer 30 Déc 2009 22:34 
Hors ligne
Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel

Inscription: Ven 13 Nov 2009 16:46
Messages: 2039
Période de présence à STETTEN: ctg 95/10
Grade: 1ère classe
Affectation: Peloton des Services (EDI)
Quoique trés peu connu, l'épisode de la "Commission Gouvernementale Française pour la défense des intérêts nationaux" (qui est son titre exact, quoique pompeux...) vaut son pesant de cacahouètes. Elle fut formée durant le mois d'octobre 1944 avant de disparaitre corps et biens durant mars 1945, quand les Alliés (qui furent d'ailleurs Français !) occupèrent Sigmaringen.

Que fut cette Commission, installée dans le Chateau qui bénéficia durant cette période de l'extraterritorialité (avec drapeau tricolore et garde formée par la Milice) ? L'Histoire n'en retient pas grand-chose. Formée par 5 ultra-collaborationnistes de 2eme voir 3eme zone, elle fut mis en place non sans mal par les Allemands, qui eux-même la considérent comme une commission de transition, dans l'attente d'un retournement militaire et la constitution d'un "vrai" gouvernement (qui aurait été dirigé probablement par Doriot).

Replaçons-nous dans le contexte de l'époque.

Aout 1944 : le Débarquement en Normandie a eu lieu. Les Alliés progressent non sans mal. La défaite allemande est alors loin d'être acquise. Toutefois, un 2eme débarquement à lieu en Provence le 15 août, les forces occupantes sont pris entre 2 feux, et les Alliés se rapprochent de Vichy et de Paris. Les Allemands procèdent à "l'enlévement" (notez les guillemets) de Pétain, direction Belfort dans un premier temps. Laval, alors à Paris, décide aussi d'émigrer vers l'Est. Il est à noter que Pétain, Chef de l'Etat Français et Laval, Président du Conseil, décident alors de ne plus exercer d'activités officielles...mais sans démissionner formellement.....

Dans le même temps, les collaborateurs fuient l'avance Alliée. Tout ce petit monde se retrouve dans Belfort et environ, dans un chaos indescriptible. Les autorités allemandes, elles-même divisées sur la marche à suivre, décident finalement de monter une "délégation", renommée donc plus tard par des juristes allemands trés pointilleux, "Commission Gouvernementale Française pour la défense des intérêts nationaux".

La suite plus tard !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: "gouvernement" de Sigmaringen
MessagePosté: Jeu 31 Déc 2009 00:52 
Hors ligne
Major
Major
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 13 Nov 2008 20:22
Messages: 404
Localisation: BELFORT
Période de présence à STETTEN: ctg 85/10
Grade: 2ème classe
Affectation: ECS/TRANS (Radiotélégraphiste)
Vrai Belfortain, effectivement c'est bien cela, la délégation de Petain s'est retrouvé quelque temps à Belfort, au fort Hatry pour être exact, fort qui encore quelques mois auparavant, comble de l'ironie, servait de camp de prisonniers de la Résistance et juste un peu avant, un centre de transit pour la déportation des Juifs...

C'est passionnant, vivement la suite .. :acool:

A Eric77, l'inventeur des feuilletons historiques :lol2:

_________________
"Ville assiégée par Vauban : ville prise ...
Ville défendue par Vauban : ville imprenable ...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: "gouvernement" de Sigmaringen
MessagePosté: Jeu 31 Déc 2009 15:24 
Hors ligne
Général de Brigade
Général de Brigade
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar 1 Avr 2008 20:42
Messages: 3176
Localisation: Nancy
Période de présence à STETTEN: 1993-1994
Grade: Maréchal des Logis
Affectation: EED3/P2 chef de patrouille 3èRD- 1er Spahis
merci Néric, très bel exposé :acool:

une tite anecdote sur Céline? :mrgreen:

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: "gouvernement" de Sigmaringen
MessagePosté: Jeu 31 Déc 2009 15:32 
Hors ligne
Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel

Inscription: Ven 13 Nov 2009 16:46
Messages: 2039
Période de présence à STETTEN: ctg 95/10
Grade: 1ère classe
Affectation: Peloton des Services (EDI)
switch a écrit:
merci Néric, très bel exposé :acool:

une tite anecdote sur Céline? :mrgreen:


vi vi c'est prévu, mais point d'impatience Mon Colonel !!

Céline fut en effet présent, et a livré des détails croustillants dans "Un Chateau l'autre".....


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: "gouvernement" de Sigmaringen
MessagePosté: Ven 1 Jan 2010 19:08 
Hors ligne
Brigadier
Brigadier
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 27 Déc 2009 18:30
Messages: 43
Localisation: langres
Période de présence à STETTEN: 93/10
Grade: 1 ère classe
Affectation: 1er dragon ECL soutier
:aD: j ai fais mes classes et la marche de nuit dans les alentours de se châteaux merci pour tes photos :afamas:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: "gouvernement" de Sigmaringen
MessagePosté: Dim 3 Jan 2010 00:18 
Hors ligne
Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel

Inscription: Ven 13 Nov 2009 16:46
Messages: 2039
Période de présence à STETTEN: ctg 95/10
Grade: 1ère classe
Affectation: Peloton des Services (EDI)
Suite du feuilleton :awink:

On peut légitimement se poser la question du "Pourquoi une telle commission", et surtout "Pourquoi les Allemands ont-ils pris soin de la monter"...

Outre donc l'aspect militaire (malgré le recul, les Nazis n'avaient pas encore perdu la guerre en octobre 44, l'offensive des Ardennes quelques semaines plus tard fut à 2 doigts de le démontrer), il y a également 2 millions de Français en Allemagne. Si en métropole, la Commission n'avait par avance aucune chance d'avoir un quelconque pouvoir, c'était par contre beaucoup plus "jouable" sur ces Français en Allemagne.

Quels sont ces Français ?

D'abord, les Prisonniers de Guerre (encore plus d'1 million à cette époque), protégés (en théorie) par les conventions de Genève et par la Convention d'Armistice de 1940. Ce sont d'abord cette population que la Commission essaye de viser (sans grand succés).

Ensuite viennent les travailleurs, volontaires ou non (STO), les soldats (Charlemagne par exemple) et finalement les déportés. Malheureusement, pour ces derniers, strictement aucune convention ou accord n'existent, et la Commission ne s'interresera nullement à eux.

L'objectif des autorités allemandes est clair : il faut en cas de reconquête, avoir un gouvernement français beaucoup plus radical que le régime de Vichy, et qui est si possible une "assise" populaire, même faible. Ce qui voulait dire garder Pétain, même dans un rôle purement honorifique (il parait que c'était une volontée d'Hitler lui-même.........???), dégager Laval et avoir un homme à poigne à la tête.

Pour cette homme à poigne, le nom de Doriot a beaucoup circulé. Mais celui-ci, méfiant, ne voulut pas s'aventurer tout de suite. De plus, il était detesté par Abetz, qui dans un premier temps tira les ficelles de cette tragi-comédie.

De même, les Nazis ne voulurent pas d'un réel gouvernement (fut-il fantôche et de plus basé en Allemagne) tant que la situation militaire resta en leur défaveur. C'est pour cela qu'une simple Commission Gouvernementale fut monté, avec 5 membres.

Les voici, avec leur titre exact.......

Fernand de Brinon, président de la Commission, en sa qualité de Délégué Général du gouvernement de l'Etat français auprés des autorités d'occupation allemande.

Marcel Déat, ex-Ministre du Travail du dernier Gouvernement Laval, délégué à la Solidarité Nationale et la protection des travailleurs français en Allemagne

Joseph Darnand, fondateur de la Milice, ex-secrétaire d'Etat à l'intérieur et au maintien de l'ordre, délégué pour l'organisation des forces nationales de la Milice, de la LVF et des Waffen SS français.

Général Marcel Bridoux, ex-secrétaire d'Etat à la défense, délégué pour la protection des prisonniers de guerre et de leurs oeuvres d'assistance.

Jean Luchaire, président de la Corporation de la Presse, délégué à l'Information et à la Propagande.

Titres ô combien pompeux, et totalement à l'inverse de l'influence réelle (c-a-d nulle ou presque) de cette Comission.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: "gouvernement" de Sigmaringen
MessagePosté: Mar 5 Jan 2010 23:31 
Hors ligne
Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel

Inscription: Ven 13 Nov 2009 16:46
Messages: 2039
Période de présence à STETTEN: ctg 95/10
Grade: 1ère classe
Affectation: Peloton des Services (EDI)
La Commission se donnait l'illusion d'avoir une vraie existence. Elle avait outre donc le Chateau et le drapeau français, ses timbres, sa fanfare, sa garde composées de Miliciens (établis "dans les environs", peut-être à Stetten ???) et 3 délégations diplomatiques : allemande, japonaise et italienne (pour être plus précis celle de la "République de Salo").

Elle avait aussi un journal "officiel", baptisée "La France" et son émission de radio. Qui écoutait ou lisait ? Quasiment personne, à la notable exception des services secrets de la France Libre, qui garda tout en archive...et s'en servit lors des procès des protagonistes.

Les 5 membres ne s'entendirent jamais, et finir par se haïr mutuellement. Bridoux n'assista que trés peu aux réunions, au contraire de Déat qui s'agitait beaucoup, pondait directives sur directives. Darnand partit assez rapidement en Italie du Nord pour combattre les Partisans (aprés avoir tenté en vain d'integrer la Charlemagne). Luchaire s'occupait de son journal et de sa radio, tandis que de Brinon régnait sur ce qu'il pouvait, c-a-d pas grand chose.

Pétain et Laval logeaient aussi au Chateau. toutefois, la disposition de ce dernier faisait que les 2 ne se voyaient quasiment jamais, et eux-mêmes, volontairement, ne voyaient jamais les 5. Malgré les manoeuvres de Brinon, il est a peu prés prouvé que ni Pétain, ni Laval n'eurent de contacts, et encore moins d'activités, avec la Commission.

Mars 1945 : la percée des Alliés est maintenant irreversible. Les troupes françaises libres s'approchent de Sigmaringen. Les comparses s'enfuient, chacun de son côté, à l'exception de Darnand, qui s'est fait capturé en Italie du Nord.

Déat est le seul qui a réussi à s'enfuir. Il trouva refuge dans un couvent italien avec sa femme au pris d'une fuite éprouvante. Il y mourra en 1955, sans avoir été jugé.

Darnand, de Brinon et Luchaire furent jugés et fusillés.

Bridoux, hospitalisé au Val de Grace, réussit à s'évader...en passant simplement la porte de sortie. Evasion pour le moins "miraculeuse", et il passa ensuite en Espagne où il mourut quelques années plus tard. Les autorités françaises ne firent pas beaucoup d'effort pour le retrouver. Il faut dire aussi que son rôle politique fut à peu prés nul.

Ainsi disparu sans gloire la Commission et son jeu de dupes, et le Chateau retrouva sa tranquillité, aprés avoir été le théatre d'une pièce tragi-comique, dans laquelle les acteurs, trés mauvais, s'agitèrent vainement, dans un but illusoire : gouverner la France réoccupée par les Nazis.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: "gouvernement" de Sigmaringen
MessagePosté: Mer 6 Jan 2010 08:00 
Hors ligne
Colonel
Colonel
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar 11 Nov 2008 12:26
Messages: 2575
Localisation: 84
Période de présence à STETTEN: 1982-1987
Grade: Marechal Des Logis
Affectation: Escadron porté - 1er esc - ECS Trans
:acool: :abravo:

_________________
Cavalier le matin, Blindé à midi, Déchenillé le soir!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: "gouvernement" de Sigmaringen
MessagePosté: Jeu 7 Jan 2010 00:06 
Hors ligne
Colonel
Colonel
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 14 Déc 2008 01:26
Messages: 2706
Localisation: Val d'Oise
Période de présence à STETTEN: 94/10 à 95/07
Grade: Brigadier chef
Affectation: Instruction
J'ai trouvé ça sur le net, je vais essayer d'en savoir plus, mais ça concerne cette partie.

Résumé D'un château l'autre

Autobiographie de Louis-Ferdinand Céline, publiée en 1957.

Il dresse un parallèle entre la vie de Céline contemporaine à l'œuvre -en tant que médecin et écrivain pauvre maudit et boudé par sa clientèle- et sa vie à Sigmaringen où se sont réfugiés le gouvernement de Vichy et de nombreux collaborateurs devant l'avancée de l'armée du général Leclerc.

Comme toujours depuis Mort à crédit, ce roman s'ouvre sur les descriptions d'un Céline aigri qui se plaint de sa condition : les traîtrises des divers éditeurs qu'il voudrait voir s'étriper, ses haines à l'égard de ceux qui représentent l'intelligentsia de l'époque - « tartre » (Jean-Paul Sartre), « Larengon » (Louis Aragon) ou encore André Malraux, André Maurois ou Paul Morand-, sa vie de docteur boudé par sa clientèle. Pourtant, au delà des aigreurs, Céline se réjouit de la fidélité de quelques clients, et notamment Mme Niçois, dont l'appartement fait face à une voie fluviale au bord de laquelle il croise le chemin de son ancien ami Robert Le Vigan (« La Vigue » dans le roman), reconverti en locataire d'une péniche, La publique. L'entrevue des deux anciens compères donne lieu à un échange verbal cru et agressif qui, combiné au froid de l'hiver, rend le docteur Céline souffreteux.

Alité, malade, Céline commence à décrire la vie à Sigmaringen, passant d'un château à l'autre sans transition (d'où la syntaxe étrange du titre du roman) : du château symbolique de sa demeure en banlieue parisienne au château de Sigmaringen, abritant le gouvernement de Vichy en exil. Cette deuxième partie du roman laisse place au rêve, à la fantaisie et à la description du grotesque de la vie des réfugiés politiques français. Résidant au Löwen, nourri de Stamgericht (plat écœurant à base de choux rouges et de raves), affecté à Sigmaringen en tant que médecin, Céline décrit les péripéties de la France collaboratrice. Tout y est description du ridicule ambiant : la promenade journalière du maréchal Pétain, toute baignée de protocole, la rigidité des Allemands, les rêves fous des idéalistes ou encore d'artistes espérant encore la victoire de l'Allemagne, les orgies entre militaires, jeunes filles en fleur et réfugiées, la misère humaine due à l'absence de service sanitaire, à la restriction des médicaments et des institutions réduites à des scènes de théâtre ou encore les entreprises vouées à l'échec pour préserver un semblant de dignité (voyage officiel vers Hohenlychen, réceptions officielles etc.). Cette partie, où l'on croise plusieurs figures historiques (Pétain, Pierre Laval, Otto Abetz, Fernand de Brinon, Alphonse de Châteaubriant, Jean Bichelonne...), sans ligne narrative précise est une ensemble hétéroclite de saynètes et de descriptions loufoques renforçant l'idée de chaos inhérent à la débâcle des derniers pontes du collaborationnisme et des fidèles de Vichy, tout en étant un parallèle à la situation maladive de Céline, à laquelle il est fait référence par quelque endroit. Le récit se clôt sur le rétablissement de Céline et l'actualité de sa malade Mme Niçois laissant supposer le récit fait des aventures à Sigmaringen comme un digression, comme une parenthèse dans l'Histoire.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 21 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com